jeudi 25 août 2016

626 J'ai retrouvé ma féminité masculine

Des Chinois des temps anciens ont symbolisé le fonctionnement général de tout ce qui existe par un dessin figurant dans un cercle deux forces symétriques, dynamiques, opposées et complémentaires, portant les noms de Yin et Yang. Chacune de ces deux forces pour interagirent ensemble comportant un point de l'autre force. Cette manière d'aborder les choses correspond à la réalité. Masculin et féminin, jour et nuit, froid et chaud, sec et humide, etc. sont des complémentarités évidemment existantes. Certains abrutis ont ajouté « bien » et « mal », ce qui est parfaitement stupide. L'ombre n'est pas « meilleure » que la lumière, le jour n'est pas « supérieur » à la nuit, pas plus que l'homme n'est « supérieur » à la femme. Le dessin chinois ne prétend pas définir des éléments qualitatifs qui définirait un plus et un moins. Introduire ici les notions de « bien » et « mal » relève d'une vision non objective de la symbolique représentée.

Pour pouvoir communiquer et échanger ensemble, chacun des deux sexes a besoin d'une part de l'autre. Sans son côté féminin, l'homme ne peut parvenir à communiquer vraiment avec la femme. Et sans son côté masculin, la femme ne peut parvenir à communiquer vraiment avec l'homme.

Accentuer excessivement son côté masculin chez l'homme le rend incapable de communiquer avec la femme. Accentuer excessivement son côté féminin chez la femme la rend incapable de communiquer vraiment avec l'homme.

Quand l'homme se veut dominateur de la femme, il perd le contact avec elle. Quand la femme se veut dominatrice de l'homme, elle perd le contact avec lui.

De nos jours quantité d'hommes s'isolent des femmes par la consommation frénétique de la pornographie. Elle réduit la femme à pas grand chose : quelques trous consacrés à une sommaire jouissance masculine. La pornographie ignore la douceur et la tendresse, qualités féminines, et privilégie la masturbation masculine adulte qui isole efficacement l'homme de la femme.

Elle amène un effondrement de la sensibilité masculine. L'homme se polarise sur l'acte sexuel qu'il va désirer en permanence. Et conséquemment harceler sexuellement les femmes qu'il trouve désirable, ou aller en payer d'autres pour les « consommer » via la prostitution.

Le marché de la pornographie croît et la coupure entre hommes et femmes s'accroît. De nos jours, quantité d'hommes considèrent la femme comme un être incompréhensible, inaccessible, paradoxal et capricieux. Quantité de femmes intelligentes renoncent à chercher un amour toujours décevant et se consacrent à leurs études ou leur vie professionnelle. Une jeune et jolie fille me disait il y a peu de mois : « de toutes façons, l'amour ça ne marche pratiquement jamais. Alors, je préfère d'abord me consacrer à mes études ! » J'ai constaté aussi que la perte de leur féminité chez nombre d'hommes, consommateurs de pornographie et pratiquant régulièrement la masturbation, les amène à envisager de gouter « des atouts de même couleur », comme disait une chanson de Guy Béart.

Depuis que j'ai abandonné masturbation et pornographie, après plusieurs mois je commence à retrouver des aspects perdus de ma féminité. La douceur simple de relations chaleureuses avec les autres sans être pris en otage par des ultimatums sexuels aberrants. Une simple conversation agréable avec une jolie femme me suffit amplement. Tandis qu'hier je me serais morfondu de ne pas pouvoir aller « plus loin ». C'est-à-dire « mettre les mains » et autre chose également. Les hommes très souvent obsédés par le sexe écœurent et font fuir les femmes. Je retrouve mon authenticité perdue depuis la fin de mon enfance, victime du délire et des discours hyper-sexualisants de la plupart des adultes. Je redeviens à fond humain, car me respectant et vivant le vrai de la vie.

Basile, philosophe naïf, Paris le 25 août 2016

Aucun commentaire:

Publier un commentaire