vendredi 29 juillet 2016

604 Impuissance de la philosophie

Si un génial philosophe parvient à décortiquer en détail et en profondeur l'ensemble des méandres de l'âme humaine et écrit un livre ou rédige un blog où il énonce tout ce qu'il a trouvé, ça ne servira à rien, si ce n'est à sa satisfaction personnelle. Pourquoi ? Parce que son livre, son blog, personne ne le lira. Ou alors on le lira comme une opinion parmi d'autres, tout aussi respectables.

Plus tard, bien plus tard, au moins deux cents ans après, quand les idées de ce philosophe auront triomphé, si cela arrive, on le baptisera « précurseur ».

La plupart des humains ne cherchent pas la vérité, mais la « confirmation » de ce qu'ils croient vrai.

Quand on connait la vérité, les autres : ou bien ça ne sert à rien de chercher à les éclairer, car ils n'entendront pas. Ou, nettement plus rarement, ça ne sert à rien de chercher à les éclairer, car ils savent déjà.

Les plus belles idées ont déjà été toutes exprimées. Ce qui manque le plus, ce sont les convictions.

Plus que les idées, ce sont les gestes concrets de la vie qu'il faut chercher à faire avancer. Le reste suivra.

Les idées ne guident pas le monde, elles sont guidées par le monde.

Un ami m'a dit un jour : la Terre ne nous appartient pas. C'est à elle que nous appartenons.

Tous les discours des humains n'empêcheront pas la Terre de tourner.

Aucun discours des humains n'égale en force l'impact de la rotation de la Terre sur eux.

Le plus bel, ouvrage de philosophie ne sera jamais qu'un paquet de feuilles de papier avec un peu d'encre dessus. Ce n'est pas lui qui peut changer la vie des humains. Seuls les humains peuvent changer l'orientation de leur vie. Encore faut-il pour cela qu'ils repèrent leur situation précise. Sinon leurs efforts se résumeront à une vaine agitation.

L'Histoire des humains et de leurs idées n'est souvent qu'une vaine agitation.

Si vous connaissez la vérité, ne vous étonnez pas de ne pas être entendu. Si l'entourage était capable d'entendre, la vérité serait déjà connue depuis longtemps.

Parfois le silence et l'inaction sont la meilleure façon de faire entendre la vérité.

Connaître la vérité ne signifie pas forcément connaître le bonheur, mais signifie au moins connaître le bonheur de la connaissance.

Il y a plus de vérité dans une pomme que dans beaucoup de livres.

Il faut parfois laisser les idées justes se propager d'elles-mêmes, sans chercher trop à aider leur progression.

Qui a dit que j'avais raison ? Personne, et ce n'est pas un problème.

Basile, philosophe naïf, Paris le 29 juillet 2016

Aucun commentaire:

Publier un commentaire