dimanche 25 septembre 2016

659 Pourquoi y a-t-il tant de femmes dans les services de santé ?

Dans leur immense majorité, les hommes victimes de leur addiction aux endorphines masturbationnelles, harcèlent sexuellement les femmes. Se rendant odieux à celles-ci ils se font rejeter ou font fuir. Le résultat pour les femmes est un grave et profond manque affectif. Elles le compensent plus ou moins bien en s'occupant de leurs enfants quand elles en ont. Mais aussi également par des choix de vies qui leur permettent de donner et recevoir de l'amour.

En premier chef les métiers de la santé leur offre cette possibilité. S'occuper de malades ou blessés permet d'aimer sans danger de se retrouver agressées et sollicitées par des demandes sexuelles inopportunes. Résultat, dans les professions médicales on trouve surabondance de femmes.

Une autre catégorie d'hommes inoffensifs à aimer est formée par les vieillards. Je connais une femme qui se prend d'affection pour des anciens. Le seul inconvénient grave est qu'ils meurent vite. Le dernier est parti brutalement alors qu'il était dans sa 92ème année de vie.

Une troisième catégorie humaine sexuellement inoffensive pour les femmes est formée par les enfants. C'est pourquoi les femmes sont attirées en nombre par la carrière d'institutrice.

Enfin, se détournant de l'amour humain pour chercher à le compenser par un amour autre, quantité de femmes se retrouvent dans les ordres ou proches de celles qui ont choisies de s'y retrouver.

Toutes ces démarches qu'on attribue souvent au tempérament féminin traduisent d'abord et avant tout le blocage de l'amour entre l'homme et la femme. Il est causé par le comportement hyper-sollicitant sexuellement dont témoigne la majorité des hommes. Qui veulent tout le temps baiser.

Plutôt que persister dans la quête d'un amour masculin respectueux d'elles, d'innombrables femmes font le choix d'amours compensatoires avec des catégories inoffensives de la population humaine.

Sinon il existe également des compensations animales : un chat ou un chien fait office de compagnon. J'ai connu une femme qui ne parvenait pas à gérer harmonieusement ses amours avec les hommes, qui n'en voulaient qu'à son cul ou presque. Ce qui est une situation classique. Il fallait voir comment elle s'abandonnait en câlins infinis avec... sa chienne.

L'idolâtrie des humains en France et à Paris pour les chiens et chats a pour origine la difficulté des humains à vivre l'amour avec leurs congénères. Et quand vous voyez la foule de jolies filles en blouse blanche qui travaille dans les hôpitaux et cliniques, pensez qu'elle témoigne par son ampleur de l'échec fréquent des hommes à aimer les femmes. Ils veulent en permanence parvenir au coït. Les femmes ne supportent pas ce désordre affectif et relationnel chez l'homme. Et vont souvent fuir l'amour défectueux des hommes dans l'amour pour une catégorie sans danger pour elles.

J'ai connu une femme qui payait une masseuse qu'elle avait voir régulièrement. Ces massages remplaçait pour elle les câlins que son mari était incapable de lui donner.

Les métiers féminins sont souvent mal rémunérés, mais ce n'est pas là la raison de tant de présences féminines dans les métiers de santé. C'est aussi parce que les hommes le plus souvent ne savent pas aimer. D'ailleurs les postes mieux rémunérés sont aussi de plus en plus majoritairement occupés par des femmes. Selon le journal français La Croix, du 28 février 2013, il y avait alors 41 % de femmes parmi les médecins en France. Il était prévu qu'en 2022 elles formeraient la majorité du nombre total de médecins en France. Il y avait déjà alors 60 % de filles parmi les étudiants en médecine.

Basile, philosophe naïf, Paris le 25 septembrEe 2016

Aucun commentaire:

Publier un commentaire