mercredi 30 janvier 2013

84 A propos de la Procréation médicalement assistée


Suite au débat passionné sur « le mariage pour tous », j'entends beaucoup de bruit fait autour de la PMA, c'est-à-dire la Procréation médicalement assistée. Doit-on ou non l'autoriser aux couples formés de deux dames ? Telle est la question posée. En substance, une dame qui aime une dame, pour être aussi maman devrait obtenir l'autorisation du juge, de la police et du législateur. Pour ne pas traumatiser l'enfant à venir, on se demande s'il faut l'autoriser à naître. Ce qui m'intrigue, c'est la façon dont la question est formulée. En effet, le secours de la médecine est nécessaire dans des cas de problèmes de fécondité. Par exemple, si le sperme est insuffisamment fourni en spermatozoïdes on va le centrifuger pour le rendre plus potentiellement fécondant.

Mais si les deux individus mâle et femelle appelés à se reproduire n'ont pas de soucis particuliers avec leurs capacités reproductives, la médecine n'a rigoureusement aucune utilité.

Oui, mais, feront remarquer certains, si la dame ne souhaite pas recevoir en elle le zizi du monsieur, comment pourra-t-elle faire pour se retrouver enceinte ? Tout simplement en utilisant avec le monsieur le matériel vétérinaire canin simple d'utilisation, sans danger, pas cher et en vente libre.

Il peut aussi être utilisé chez un couple hétérosexuel où l'homme éprouve des difficultés d'érection.

Ce matériel que j'ai reproduit ici en photo se compose d'un long entonnoir en plastique souple, dans lequel par masturbation est recueilli le sperme du chien. Il va au fond du tube en verre gradué. Dans celui-ci la précieuse liqueur de vie est ramassée avec la seringue dépourvue d'aiguille. Puis, avec ladite seringue on fait comme si elle était le pénis du chien. On pénètre vaginalement la chienne. Ensuite on vide. Et le tour est joué. La même façon de procéder peut être suivie avec des humains.

Pas besoin de faire dix années d'études de médecine pour réussir la procréation artificielle. Il suffit de savoir manier un entonnoir et une banale seringue en plastique. Elle est pas belle, la vie ?

Que le matériel vétérinaire puisse servir pour les humains n'a rien d'étonnant. C'est souvent le même. J'ignore cependant dans quel récipient est recueilli le sperme dans les banques de sperme humain. Il paraît qu'il en manque en ces endroits. Rien d'étonnant.

Il y a des années de ça, après mûres réflexions et hésitations, j'ai appelé le CECOS qui gère ces banques. Je voulais aider des couples inféconds. Les rendre heureux de manière totalement désintéressée. Ce ne fut pas possible. Motif ? On me demanda au téléphone si j'étais marié. J'ai répondu non. On a alors décliné mon offre. Pour le CECOS, en tous cas à l'époque, un don de sperme n'était imaginable qu'à condition qu'il soit le fait d'un couple à un autre couple. Et mariés en plus !

Ce curieux règlement fait que les stocks sont insuffisants. Mais, si vous vous débrouillez avec le matériel vétérinaire, il n'est pas nécessaire d'être marié pour être donneur. Il suffit de suivre l'exemple canin. Et nous obtiendrons de splendides bébés humains. J'ai fait part de l'existence du matériel vétérinaire pour l'insémination artificielle des chiennes à un certain nombre de gens ou organismes qui soulèvent ces derniers temps la question de la PMA chez les humains. Aucun ne m'a répondu. La photo reproduite ici figure également sur la base Commons de Wikipédia : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Matériel_pour_insémination_artificielle_des_chiennes.JPG

Basile, philosophe naïf, Paris le 30 janvier 2013

Aucun commentaire:

Publier un commentaire