lundi 4 mai 2020

1277 La patience d'aimer (poème à la fin duquel le poète devient fou et rêve de sucre et d'éléphants)

Les jours défilent
Et je pense à toi
Enfermée dans ta maison
Si loin de moi.
On se téléphone,
On s'entend,
On se parle.
Tu m'as fait découvrir Gallienne
Et sa talentueuse émission littéraire
Sur France Inter.
Je te vois juste sur Internet et à distance
Comme le reste de la France,
Mais ne peux te toucher
Ni t'embrasser
Par la faute du confinement
Qui est utile ou pas
Je ne sais pas.
Comment font les amants ?
Ils doivent rester patients.
Comme durant la guerre
La fiancée attendant
Son fiancé soldat.
La femme du Terre-neuvas
Attendant son mari marin.
Le million d'éléphants
Attendant la fin
De la campagne sucrière.
Ça c'était hier,
Mais de quoi sera fait demain
Dans le microcosme parisien ?
Je ne sais pas
Mais tu seras oui toujours
La plus chère à moi
Dans mon cœur installée.
Mon éléphant en sucre
Toujours je t'adorerai.

Basile
Paris le 4 mai 2020

Aucun commentaire:

Publier un commentaire