samedi 25 juillet 2015

405 Sexualité, pouvoir et partage

Quelle est l'origine du pouvoir ? Elle est sexuelle. Ou plus précisément elle trouve sa racine dans un désordre de la sexualité masculine. La culture dominante fait de l'érection et de quantité d'autres situations, le signe d'une prétendue urgence de réaliser l'acte sexuel. La pléthore d'actes sexuels qui en résulte crée la surpopulation et l'insatisfaction. Cette insatisfaction masculine se traduit par la recherche furieuse et désespérée d'une chose qui n'existe pas : la sexualité pléthorique et satisfaite. Ne la trouvant pas, l'humain de sexe masculin se rabat sur des fantasmes et compensations. En premier chef, la compensation consiste en un désir désespéré de « posséder ». Posséder l'autre : la femme ou le partenaire sexuel masculin dominé, posséder l'argent, la « propriété » de diverses choses, et enfin : le « pouvoir ».

Le pouvoir est un fantasme comme un autre. Qui peut y compris prendre une tournure sadique. Faire souffrir, mourir, ceux qu'on domine peut participer du plaisir du pouvoir.

Il arrive que des femmes recherchent également la jouissance du pouvoir, mais quelles femmes ! Ce sont souvent des sortes de caricatures d'hommes, des espèces de « femmes-hommes » comme par exemple : Marie Tudor, Catherine II de Russie ou Margaret Thatcher.

Témoignant de leur désordre sexuel, les hommes de pouvoir développent très fréquemment une sexualité transgressive, compulsive et frénétique. Gilles de Raies en est le plus fameux exemple. Il y en a d'autres au cours de l'Histoire, comme par exemple le roi Louis XV ou plus récents encore que nous ne nommerons pas.

Face aux conséquences nocives du pouvoir on voit évoquer diverses propositions : contre-pouvoir, pouvoir idéal, démocratie intégrale et permanente. Elles tendent toutes à admettre le pouvoir, mais modifié, amélioré, nettoyé de ses défauts. L'incapacité des humains à régler le problème du pouvoir tient à ce qu'à tous les niveaux de la société la masse des humains de sexe masculin est avide de pouvoir elle aussi. Car elle connait le même désordre sexuel que ses dirigeants.

Une solution peut-elle être trouvée aux problèmes posés par les conséquences horribles et néfastes du pouvoir ?

Ouvrir un débat à ce sujet paraît la première étape sur le chemin pour trouver des solutions, si elles existent. Le contraire du pouvoir c'est le partage. Quelques exemples me reviennent à ce propos. En plein mouvement social massif de grèves et manifestations en mai et juin 1968, des groupes de centaines de personnes se rassemblaient spontanément tous les jours sur les trottoirs de la place Denfert-Rochereau à Paris et passaient des heures à discuter. J'avais dix-sept ans, suis passé par là et les ai vu. À ma connaissance aucun livre ou article paru n'en a parlé. Ces groupes étaient composés d'hommes d'un certain âge. Maria de Medeiros racontait l'anecdote suivante lors d'une conférence projection débat à l'École normale supérieure à Paris : en 1974, au moment de la Révolution des œillets au Portugal régnait une atmosphère de partage extraordinaire. Elle l'a illustré avec l'anecdote suivante : un soldat dans la tourelle de son char reçoit sur la tête quelque chose. C'est un poulet rôti.

Un autre exemple de partage, ce sont les goguettes, sociétés festives et chantantes qui prospéraient jadis en France. Leur but était le partage d'un moment de plaisir. Il y en avait des dizaines de milliers dont des centaines à Paris. Tant qu'elles sont restés petites, elles se sont bien portés. Quand elles ont commencé à grandir, dépassant le nombre de 19 adhérents, les problèmes sont arrivés. Car avec le nombre arrive la maladie du pouvoir. Avec ceux qui veulent commander, profiter, et ceux qui veulent céder et obéir. Contre le pouvoir il faut renouer avec l'amour et le partage véritable.

Basile, philosophe naïf, Paris le 25 juillet 2015

Aucun commentaire:

Publier un commentaire