mardi 30 juin 2015

396 Les trois phénomènes à la base de la guerre des sexes

Trois phénomènes qui se conjuguent sont à l'origine de la guerre des sexes. Tout d'abord : la non reconnaissance du travail domestique de la femme. En particulier celui de s'occuper de ses enfants. Élevez des cochons ou des rats : on vous paye. Élevez vos enfants : on ne vous donne rien. Pire : on ne reconnaît pas vos efforts. Un mari très gentil que je connais dit fréquemment à sa femme qui élève trois grands enfants et s'occupe de la maison : « tu ne fais rien, moi, je travaille ».

Le deuxième phénomène : c'est l'aberration sexuelle masculine, qu'on peut abréger en ASMA. Elle consiste en ce que la plupart des hommes cultivent l'aberration comme quoi s'il apparaît « techniquement possible de « faire l'amour », alors que n'existe pas un véritable et authentique désir réciproque, il faut, il est bien, souhaitable, nécessaire, de « faire l'amour ». Ce geste - qui n'est pas anodin, - devenant alors une pitoyable et dégradante caricature. Qui viendra ronger la relation entre les personnes concernées. Et la détruira à terme. L'ASMA conduit également aux viols et agressions sexuelles, à la prostitution et la pornographie et à la masturbation compulsive. L'humain de sexe mâle est très certainement l'animal de la Création qui se masturbe le plus et le plus souvent. En témoigne le chiffre d'affaires colossal de la pornographie.

J'ai moi-même - comme d'innombrables autres, - été victime de l'ASMA. Et espère en être finalement sorti. Quand je vois à présent une jolie fille, je me dis que je vois une jolie fille, point. Ma pensée s'arrête là.

Le troisième phénomène : c'est l'ignorance. La plupart des gens ignorent complètement la nature précise des deux premiers phénomènes mentionnés. Et en viennent à des aberrations de pensée comme celle de vouloir faire de l'homme le modèle sexuel à suivre par la femme. Au lieu d'un détraqué actif en avoir deux serait un progrès. Les hommes et les femmes sont très souvent des analphabètes tactiles. Et ont une vision fabuleuse de la sexualité. Par exemple, ils croient que l'homme jouit chaque fois qu'il éjacule, ce qui est faux.

Tant que la non reconnaissance du travail domestique de la femme persistera, avec l'ASMA et l'ignorance sus-mentionnée, il sera difficile de parler d'amour entre les humains. Et quand celui-ci se manifestera quand-même, il sera à chaque fois menacé de disparaître victime des aléas de la guerre des sexes.

Basile, philosophe naïf, Paris le 30 juin 2015

Aucun commentaire:

Publier un commentaire