lundi 14 septembre 2015

412 L'Hippodrome de l'Étoile : un chapitre effacé de l'histoire de Paris

Depuis vingt-deux années, je fais des recherches sur le Carnaval de Paris. Dès le début de celles-ci je rencontrais une histoire survenue au tout début des années 1850. Et dont j'ai eu l'impression de ne pas tenir tous les tenants et aboutissants. En février 1848, le Carnaval de Paris avait été interrompu par la révolution. Le cortège du Bœuf Gras n'avait pu défiler. Pas plus en 1849, et en 1850 il était sorti dans la banlieue de Paris.

Et voilà qu'en 1851 ou 1852, il défile à nouveau à l'initiative d'Arnault, le « directeur de l'Hippodrome ». Apparemment ce directeur et cet Hippodrome dont je n'ai jamais entendu parler sont des valeurs sûres pour les Parisiens, un homme et un lieu que tout le monde connaît. Mais, en quoi consiste donc cet « Hippodrome » et où se trouvait-il ? Je pose la question et quelqu'un me réponds : « il se trouvait à l'emplacement de la Tour Eiffel ».

Cette réponse me satisfait et tout me paraît clair : il y avait donc un hippodrome à Paris, et il a disparu pour laisser place à la Tour Eiffel.

Les années passent. Et, tout dernièrement, je faisais des recherches sur Internet à propos du Bœuf Gras. Je cherchais à retrouver un épisode cocasse de son histoire. Une année, durant sa promenade carnavalesque, le Bœuf Gras s'était écroulé. Les bouchers présents l'avaient achevé et débité sur place. J'avais copié des articles de presse sur l'événement. C'était il y a des années. Je les avais malheureusement égaré et ne retrouvais pas non plus la date de l'incident.

J'ai passé en revue sur le site Internet de la Bibliothèque nationale un certain nombre de lendemain de carnaval dans des journaux anciens. J'ai retrouvé ce que je cherchais. Puis, emporté par ma curiosité, j'ai continué un peu plus loin. J'avais passé en revue les années 1830. Je suis passé au début des années 1850. Là, je retrouve Arnault et son Bœuf Gras de l'Hippodrome. Ma lecture me précise l'événement. Et ô surprise, je trouve une précision qui m'étonne. Le Bœuf Gras en 1852 part de l'Hippodrome pour arriver « aux Arènes nationales » situées place de la Bastille !!! Qu'est-ce donc que ces Arènes et surtout en cet endroit ? Je trouve une image des Arènes en question. Elles sont très grandes.

Je suis très surpris de découvrir cet élément de l'histoire d'une des plus importantes places de Paris. Et un élément totalement oublié, dont je n'ai en tous cas jamais entendu parler !

Qu'est-ce que c'était qu'un Hippodrome ? Car ces Arènes nationales étaient la succursale de l'Hippodrome. C'était un lieu de spectacles de masses, avec des milliers de spectateurs et des spectacles équestres et aussi d'autres : des envols d'aérostats, des concerts, des acrobates, des clowns, des exhibitions de singes savants, etc.

Ayant retrouvé les Arènes nationales, je me sentais ne pas pouvoir renoncer à savoir enfin de quoi était fait l'Hippodrome en 1851-1852. Et suis parti à la découverte de l'Hippodrome. Une surprise encore plus grande m'attendait. Il ne se trouvait pas à la place de la Tour Eiffel. Il était installé durant dix années, depuis 1845 jusqu'à 1855 inclus... sur la place de l'Étoile !!! Les visiteurs de l'arc de triomphe de l'Étoile, du haut de celui-ci avait une vue plongeante à l'intérieur de l'Hippodrome !!! J'ai retrouvé une gravure montrant l'intérieur de l'Hippodrome. On voit, dépassant celui-ci, le haut de l'arc de triomphe. Et de cela, je n'ai jamais entendu parler. Jamais, et en particulier aucune description de la place de l'Étoile que j'ai vu ne mentionne ce fait étonnant. Et de cet Hippodrome est parti, en 1852, le premier aérostat dirigeable : l'aérostat Giffard. S'ouvrirent successivement à Paris,, de 1845 jusqu'à 1900, cinq ou six Hippodromes. J'y reviendrais.

Basile, philosophe naïf, Paris le 14 septembre 2015

Aucun commentaire:

Publier un commentaire