jeudi 6 février 2014

220 À propos de certains raisonnements

La Terre existait avant l'homme et n'a pas besoin de l'homme pour exister. Au cas où l'homme disparaîtrait, la Terre continuera à exister. Nous appartenons à la Terre et non l'inverse.

L'homme a créé l'argent. Comment peut-il aujourd'hui prétendre devoir lui obéir ? Obéir à une chose qu'il a créé. Et qui n'existe pas dans la Nature ?

C'est ce que m'a dit ce matin un Africain, qui a ajouté que jusqu'à l'arrivée de la sécheresse en 1978 là où il vivait au Sénégal, il ignorait l'existence de l'argent.

On dit : « il faut obéir à la Loi ». Mais, la Loi a été créée par l'homme. Comment l'homme peut-il prétendre devoir « obéir » à une chose qu'il a créé ?

La même chose est vraie pour la Morale, le respect de la propriété, la nationalité ou la frontière.

Quand un homme fait une promesse, il crée la promesse. Et après il prétend « devoir » la tenir... Encore une fois il prétend devoir « obéir » a une chose qu'il a créé.

Il arrive que l'homme dise devoir « obéir à Dieu » ou « à la Nature ». Encore faut-il être sûr qu'il s'agit bien de Dieu ou de la Nature. Et non d'un homme qui prétend s'y substituer. Et nous dire ce que veut une de ces entités.

Ce qui est étrange, c'est le caractère passionnel des réactions qu'on peut rencontrer quand on pose certaines questions. S'interroger sur l'existence de l'argent ou de la propriété, par exemple, provoque la panique de bien des interlocuteurs apparemment calmes d'ordinaire. On dirait qu'on touche là à des sortes de fétiches sacrés. Pourtant, l'argent ou la propriété n'ont pas toujours existé. Se dire qu'ils pourraient un jour être remplacé par autre chose ne devrait pas inquiéter. Au contraire, y penser maintenant devrait permettre de faire les bons choix. Si à l'avenir des changements doivent intervenir pour le bien commun.

Basile, philosophe naïf, Paris le 6 février 2014

Aucun commentaire:

Publier un commentaire