lundi 10 avril 2017

736 L'hôpital militaire du Val de Grâce s'invite dans la campagne 2017 !!

Je ne suis d'aucun parti et mon nom ne vous dira rien. Je signerai avec mon nom. J'aurais pu tout aussi bien signer John Doe. L'important n'est pas qui je suis mais ce que j'ai à raconter ici.

Mes activités, dans un domaine qui n'est pas la politique, m'amène à rencontrer un grand nombre de responsables dans divers domaines. Au nombre de ceux-ci il y a des militaires, y compris de rang élevé. J'ai l'habitude de respecter les autres. Ils savent que quand ils me parlent je saurai rester discret et ne vais pas répéter leurs propos en ajoutant leur identité.

C'est ainsi qu'un de ces militaires de rang élevé, quand je l'ai rencontré à une date récente, m'a parlé de la fermeture de l'Hôpital d'instruction des armées du Val de Grâce, fermeture qui est une erreur grave. Il connaît très bien cette question.

« Aujourd'hui, il serait très facile de rouvrir cet hôpital qu'on vient de fermer. » Ce propos, je l'ai rapporté à un célèbre médecin urgentiste, qui m'a autorisé à le nommer ici, le docteur Gérald Kierzek. Il m'a confirmé les faits : « il suffirait de la volonté politique de rouvrir l'hôpital du Val de Grâce, pour qu'il rouvre ! » Il a ajouté que : « dans un pays en état d'urgence, à l'heure où il n'y a jamais eu autant de militaires français en opérations à l'extérieur, il est parfaitement aberrant de fermer un hôpital militaire ! »

J'ajoute, faits que j'ai appris hier, qu'en 1995, lors de l'attentat du métro Saint-Michel, et le 27 juin 1988, lors de l'accident survenu à la Gare de Lyon, ce sont des médecins du Val de Grâce qui sont intervenus pour secourir les victimes. Le Val de Grâce a montré ici de manière exemplaire qu'il a vocation de protéger tous les habitants de Paris et pas que des militaires.

J'ai cherché ces jours derniers à me renseigner pour savoir qui connaissait cette réouverture du Val de Grâce aisée et possible, ce fait extrêmement important et très surprenant pour un non initié aux questions médicales et hospitalières. Personne ne semble au courant et ceux qui savent n'en parlent que dans des cercles restreints.

Cette information, je ne suis pas en droit de la conserver pour moi et ne pas chercher à la divulguer, à l'heure où justement des changements d'orientations politiques sont possible. Qui permettraient de réparer l'erreur grave de la fermeture d'un des meilleurs hôpitaux de France, qui accueillaient les civils comme les militaires. Civil, j'ai été soigné au Val de Grâce.

Il m'appartenait d'apostropher à propos de cette réouverture souhaitée et possible les divers candidats à l'élection présidentielle qui s'offrent à nos suffrages. Voilà qui est fait. Je publie cette lettre dans mon blog, et l'envoie aussi à divers journaux et personnes concernés.

L'hôpital militaire du Val de Grâce s'invite dans la campagne des présidentielles. L'accès au second tour sera réservé à un candidat qui battra de très peu un concurrent... Qu'il fasse bien attention. Le Val de Grâce pourrait bien faire la différence !

Que les électeurs fassent leur choix en leur âme et conscience. Mais qu'en tous cas ils éliminent ceux qui seront contre la réouverture de l'HIA du Val de Grâce !

Paris, le 10 avril 2017

Basile Pachkoff
Poète, historien et organisateur de fêtes populaires, goguettier,
philosophe, artiste peintre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire