jeudi 26 octobre 2017

867 Qu'est-ce qu'« aimer son prochain » ?

Pourquoi vivons-nous ? A cette question je répondrai : « nous vivons pour aimer. » Aimer la peinture, la musique, la chanson, la poésie, la bonne cuisine, la mer, les chats, les gens, la paix, la tranquillité, les belles choses...

Qu'est-ce qu'« aimer son prochain » ? Je donnerai trois exemples :

Un homme politique très connu : je le trouve sincère, sensible, intelligent, sympathique... Et déteste sa politique. Je ne confonds pas les deux dans mon exécration : mon prochain et ce qu'il fait en suivant ses détestables convictions. J'aime mon prochain et réprouve son action. L'un n'empêche pas l'autre.

Deuxième exemple, un criminel affreux : je n'approuve ni n'excuse ses actes, ni ne m'oppose à ce qu'on l'empêche d'agir et nuire. Mais reconnais que si affreux soit-il, un homme a toujours tout au fond de lui au moins une très petite étincelle d'humanité qui doit être reconnue et respectée.

Troisième exemple : faire le bien autour de soi dans la mesure du possible, sans oublier ses devoirs envers soi-même. Nous ne sommes pas là pour nous donner à dévorer par les autres.

Toujours essayer de faire le bien et ne pas faire le mal, c'est la théorie simple à énoncer. Après vient la pratique dans toute la complexité de la vie.

Ceux qui ne savent pas aimer, souvent ne pense qu'à accumuler. Plus leur tas d'or est grand, plus ils croient grande leur réussite. Alors que celui-ci concrétise leur plus complet échec.

Je ne possède pas grand chose de matériel, mais j'ai l'essentiel : tout l'amour que je parviens à donner et à recevoir, échanger et partager. Quand on connaît la valeur de l'amour, il est inutile qu'on vous l'explique. Quand on ignore la valeur de l'amour, il n'y a rien non plus à essayer de vous expliquer.

Aimer quelqu'un peut consister à passer un après-midi entier à jouer aux échecs avec lui.

Aimer c'est agir.

Basile, philosophe naïf, Paris le 26 octobre 2017


Aucun commentaire:

Publier un commentaire