samedi 21 octobre 2017

865 La question fondamentale du double salaire féminin

Il s'agit d'une question fondamentale que je n'ai jamais vu évoquer nulle part. Les femmes, depuis des temps immémoriaux, fournissent très souvent et journellement, une journée de travail domestique et maternel. Cette journée n'est ni reconnue, ni rémunérée. À quoi un fait s'est ajouté : ces dernières décennies, en plus de leur journée de travail domestique et maternel, un très grand nombre de femmes travaille à l'extérieur de leur maison. Elles sont salariées, travailleuses indépendantes, etc. En plus de s'occuper de leur maison et de leurs enfants elles font une seconde journée de travail. Leur vie comprend tous les jours une double journée de travail.

Il est courant de voir des commentaires laudatifs faits devant cette situation. En travaillant à l'extérieur de leur foyer, les femmes s'ouvrent sur la vie sociale, s'émancipent de la tutelle matérielle et morale de leur mari, deviennent « libres », « indépendantes »... Donc, tout va bien...

C'est ce qu'on entend dire. Sans poser la question : « mais, ont-elles la liberté de choix ? » Généralement non, elles sont obligées de travailler à l'extérieur de leur foyer pour des raisons économiques. Par exemple, beaucoup de femmes se retrouvant seules à élever un ou plusieurs enfants sont par là-même contraintes de s'occuper à gagner leur vie en plus de s'occuper d'assumer leur travail domestique et maternel.

J'ai rencontré des exemples qui interpellent. Une femme élève son enfant et travaille chez elle sur Internet, a une vie sociale... Mais son travail sur Internet ne rapporte pas suffisamment. Elle est obligée d'en prendre un autre dans un bureau à l'extérieur de chez elle et mettre son enfant à la crèche. Une autre femme rêve d'avoir six enfants et passer une partie de sa vie à les élever et ne faire que ça. Mais comment y arriver sans travailler aussi à l'extérieur de chez elle ce dont elle n'a aucune envie ? Enfin, il existe des femmes que leur seconde journée de travail isole encore plus. Ce sont les assistantes maternelles, qui, en plus de leur travail domestique et maternel pour leur famille s'occupent d'élever les enfants des autres...

Il y a un point que je n'ai jamais vu soulever : si une femme fournit une double journée de travail chaque jour, elle a droit, ou plus exactement devrait avoir droit à une double paie. Celle concernant le travail domestique et maternel devant être très confortable, vue la responsabilité et l'utilité de ces activités. Ce serait satisfaire là la plus élémentaire des justices !

Paie et retraite conséquente pour sa vie professionnelle au service de la collectivité que représente son travail domestique et maternel. Voilà ce que les femmes sont en droit de revendiquer, qu'elles travaillent aussi à l'extérieur de leur foyer ou non.

Quand on parle de la rémunération des femmes « au foyer », on entend dire : « il y a les allocations familiales ». Mais il s'agit d'allocations « à la famille », en aucun cas d'une reconnaissance du labeur des femmes ! Et leur montant est misérable comparé au labeur fourni. Et dès que les enfants ont atteint un certain âge, même s'ils vivent toujours chez leur mère, il n'y a plus d'allocations.

Si on admet néanmoins l'idée que les allocations seraient une sorte de « salaires des mères », ce qu'elles ne sont pas, il faut remarquer une chose. Dernièrement en France a été annoncé leur suppression pour les foyers fortunés. Je ne vois pas pourquoi une mère de famille, si elle travaille à élever ses enfants et s'occuper de son foyer, ne devrait pas voir son travail payé sous prétexte qu'elle est riche.

Ce texte servira j'espère à ouvrir le débat sur le double salaire des femmes.

Basile, philosophe naïf, Paris le 21 octobre 2017

Aucun commentaire:

Publier un commentaire