mercredi 28 mai 2014

254 La fermeture du bureau des délices

Un aspect frappant et de prime abord incompréhensible du comportement de certaines femmes est la fermeture du bureau des délices. Il ne s'explique que si on a conscience de l'existence du racisme anti-hommes dont témoignent quantité de femmes dont celles ici concernées.

Une femme ouvre son bureau des délices à un homme. C'est-à-dire qu'elle va accepter de coucher avec. Ça va se reproduire un certain nombre de fois, y compris le long de plusieurs années. Et puis elle va plus ou moins subitement fermer son bureau des délices. Et refuser de continuer à coucher.

Rien de nouveau ou particulier expliquera ce changement. L'homme concerné n'y comprendra rien. J'ai connu un mari ainsi sevré, dormant dans le même lit que sa femme désormais inaccessible. Il n'en revenait pas. « Elle dort très bien, ce n'est pas possible ! » Il en arrivait à s'imaginer qu'elle avait viré de bord et à présent aimait les femmes.

Il avait eu avec elle deux enfants. Quelques années après, cette femme jetait dehors son mari.

Une femme me racontait un jour qu'une de ses amies avait été quitté par son mari. Que l'épouse délaissée l'avait été parce qu'elle ne voulait plus faire l'amour avec son mari.  « Ils ont deux enfants, ça arrive souvent ce genre de choses. Qu'après avoir eu le deuxième enfant la femme ne veut plus faire l'amour ».

Un couple ami a connu devant moi un phénomène similaire. Après le deuxième enfant, la femme a fermé son bureau des délices. Le mari, désespéré, a manqué de se suicider. Quelques années plus tard, ils se sont séparés. La femme avait peu auparavant prit un amant.

Le deuxième enfant serait-il anaphrodisiaque ? Tuerait-il l'envie de faire l'amour avec le papa ? La réponse est ailleurs.

J'ai eu jadis une petite amie. On a donc couché ensemble. Puis, un jour, subitement, elle ne voulait plus coucher. Et restait très jalouse et souhaitant continuer à vivre avec moi.

Quand je lui faisais remarquer qu'elle ne faisait plus l'amour avec moi, elle me répondait : « tu n'as qu'à te masturber ! »

Elle m'a expliqué que si elle couchait avec un autre, l'envie de faire l'amour avec moi pourrait lui revenir. Moi, très grand naïf, parfaitement manipulé par elle, ai favorisé son projet. Après qu'elle y soit parvenue, voilà que, sans mentionner quelque désir que ce soit de revenir vers moi pour la bagatelle. Elle m'annonce en riant qu'elle trouverait bien que j'assiste à ses ébats sexuels avec l'autre ! Là, c'était trop. J'ai mis un terme à mon histoire avec elle en la quittant. Ce qu'elle n'a pas apprécié.

J'ai dit à un ami que j'avais eu comme problème que ma copine ne voulait plus faire l'amour avec moi. Il a alors grogné furieux quelques propos qui témoignaient que lui également avait souffert d'une telle situation.

Donc, après deux enfants ou sans, brusquement et sans explications visibles, on voit des femmes fermer leur bureau des délices. Ce comportement paraît assez répandu.

L'explication est d'une très grande simplicité : les femmes concernées sont des racistes anti-hommes. Elles emploient le sexe comme un moyen pour les contrôler et pour la reproduction. Elles utilisent les hommes qu'elles méprisent pour obtenir diverses choses qui les intéressent. Ainsi, pour les enfants elles en ont besoin. Une fois fait le deuxième et dernier programmé elles n'ont plus besoin de l'homme et son appareil reproducteur.

Alors, la femme raciste anti-hommes le garde auprès d'elle pour autre chose. Et finit par s'en débarrasser.

Car elle n'a pas comme principe que la femme et l'homme sont également respectables. L'homme n'est pour elle qu'un objet utile dont on se sert. Et qu'on jette ensuite quand on n'en a plus besoin.

C'est un comportement de mante religieuse, sauf que la mante, elle, mange son compagnon quand il ne peut plus la servir. Et la mante ne ment pas. Elle est sincère. Contrairement à l'amante qui ici ne l'est pas.

Basile, philosophe naïf, Paris le 28 mai 2014

Aucun commentaire:

Publier un commentaire