mercredi 21 mai 2014

247 Ni machos, ni féminos !!!

Je ne veux fréquenter ni machos ni féminos. Les machos traitent les femmes comme de la viande. Résultat : ils les rendent méfiantes et malheureuses. Et ils sont malheureux eux-mêmes. Les féminos sont leurs équivalents symétriques féminins : ce sont des femmes qui ont souffert des machos et de leur propre comportement à elles à leur égard. Ce qui les a conduit à développer haine, mépris et agressivité envers tous les hommes en général.

Certaines féminos ajoutent à cette hostilité un mimétisme qui les conduit à imiter le comportement sexuel prédateur des machos. Leurs victimes étant des hommes ou des femmes ou les deux. Les feminos se font aussi à l'occasion entremetteurs comme les machos, traitant le sexe opposé comme de la viande à céder ou distribuer aux personnes de leur sexe. Ils sont, comme les machos, manipulateur et moralement, verbalement et éventuellement et avec une facilité surprenante physiquement violent. En résumé, les feminos comme les machos, sont infréquentables. Et à ne pas fréquenter, sinon de loin et par obligation. La solitude convient mieux que leur fréquentation. Car leur fréquentation est néfaste, toxique et démoralisante. Il faut les maintenir à distance.

Traiter machos ou féminos avec affection revient à jeter des perles ou de la confiture aux cochons. Ils n'ont pas leur place dans la vie d'humains en recherche de leur humanité vivante et pratique, c'est-à-dire de la douceur et l'amitié vraies.

Il arrive que des hommes gentils acceptent de fréquenter des machos. Leur point de vue erroné étant que ces machos sont sympathiques et ont certes juste un problème avec les femmes. C'est à leurs yeux en quelque sorte un problème secondaire, puisqu'il ne les concernerait pas directement, étant donné qu'ils ne sont pas des femmes. On rencontre exactement le même phénomène chez les femmes. Des femmes gentilles vont accepter de fréquenter des féminos. Pour elles, les féminos en question leur apparaîtront sympathiques et auront "juste" un problème avec les hommes.

Un phénomène des plus surprenants est que les féminos s'entendent mieux avec des machos qu'avec des hommes respectueux des femmes. Car ces derniers remettent en question l'image que les féminos ont des hommes. Cette hostilité des féminos envers les hommes respectueux des femmes illustre leur fanatisme et leur intolérance. Qui est l'équivalent chez les féminos de l'hostilité des machos envers les femmes belles, sensibles et intelligentes. Dont le portrait ne répond pas à l'image qu'ils se font des "blondes", autrement dit des jolies filles en général.

La bonne entente possible entre machos et féminos illustre leur identité commune. Le machisme et le féminoïsme (à ne pas confondre avec le féminisme) ont pour origine commune une fringale d'amour impossible à satisfaire, car obérée par une sexualité dérangée par la préméditation. Machos et féminos partagent ensemble la même grossièreté de mœurs. Aux personnes délicates il conviendra d'éviter absolument ce genre de fréquentations.

Basile, philosophe naïf, Paris le 21 mai 2014

Aucun commentaire:

Publier un commentaire