dimanche 1 décembre 2013

180 A propos des bonnets rouges

En 1956, fut créée une nouvelle taxe : la vignette auto. Cet argent devait servir aux vieux. Ils n'en virent jamais la couleur. Cette taxe fut supprimée en l'an 2000.

En 2013, les héritiers des bouffons d'hier, bouffons d'aujourd'hui, chantent la gloire d'une nouvelle taxe : l'écotaxe. Elle doit officiellement servir à moderniser nos routes, autoroutes et chemins vicinaux. Nouvelle bouffonnerie ! Le seul objectif est de vider nos poches.

On a déjà dépensé allégrement un petit milliard d'euros pour construire des dizaines d'impressionnants portiques bourrés d'électroniques destinés à fliquer nos axes routiers et taxer les poids lourds. Construits par une société privée basée en Italie qui devra collecter cet impôt.

Et demain taxer tous les véhicules, y compris les véhicules légers, et aussi les deux roues. Et ajouter par la même occasion un panel de caméras de surveillance policière sur tout le territoire.

La Bretagne s'embrase contre ces portiques.

Alors, tout le monde y va de son couplet. Les une pour expliquer que la Bretagne est frappée par de nombreuses faillites et réagit en tant que telle. Et d'autres pour dénoncer la collusion improbable entre patrons et salariés, droite, extrême droite et identitaires bretons.

Chose particulièrement étrange et curieuse, personne ne relève un point essentiel :

Pourquoi la Bretagne bouge avec ses bonnets rouges ?

Pour une très simple raison : partout en France l'automobiliste-mouton se fait tondre par d'innombrables et odieux péages autoroutiers. Partout... sauf en Bretagne où ils n'existent pas.

D'où la colère des Bretons. Ils n'ont jamais vu de péages sur les routes chez eux. Et les refusent avec vigueur.

Ils vont ainsi être à la pointe de la révolte contre la taxe pseudo-écologique, taxe ouvrant la voie aux péages pour tous, y compris pour emprunter les nationales.

Ce point essentiel, évident, de l'absence de péages en Bretagne, personne n'en parle.

La presse d'information informe, ou plutôt est informe.

Certains critiquent les protestataires bretons. En attendant, l'écotaxe est bloquée. Sans les Bretons, elle commençait à s'appliquer début janvier prochain.

Mais, au fait, pourquoi n'y a-t-il pas de péages en Bretagne ? Un Breton m'a dit dernièrement que c'était suite à une clause de l'acte de rattachement de la Bretagne à la France. Elle stipulait qu'aucune route ne devait subir la présence d'un péage. Il n'y a pas de péages sur les routes bretonnes, comme sur les routes de Belgique. En France, quand on les a recréé il y a quelques décennies, c'était parait-il indispensable pour la modernisation du réseau routier. Déjà ! Depuis, nos autoroutes à péages, appartenant à l'État, on été gentiment bradées et vendues à des boites privées. Qui en font leurs choux gras. Les tarifs grimpent chaque année. A présent, amis moutons, belons tous en chœur : vive l'écotaxe !!! vive les abattoirs fiscaux !!!

Basile, philosophe naïf, Paris le 1er décembre 2013

Aucun commentaire:

Publier un commentaire