samedi 30 novembre 2013

179 Pourquoi les vrais couples et vrais amis sont si rares ?

Pour parvenir à être un vrai couple ou une vraie paire d'amis, cinq choses sont indispensables :

Que les parties prenantes soient gentilles, absolument sincères, honnêtes, désintéressées et aient le temps et la disponibilité pour se rapprocher. Or, il est très rare que les humains soient absolument sincères, honnêtes et désintéressées.

Ce qui ne signifie pas que dans un autre cas ils soient forcément hypocrites, malhonnêtes et intéressés. Non, ils sont, la plupart du temps, relativement sincères, honnêtes et désintéressés.

Ainsi, par exemple, il est courant d'entendre dire : « je ne mens pas à mes amis. Mais, en dehors d'eux, oui, à chaque fois que ça m'arrange ».

Problème : la commodité mensongère forme l'habitude. Et, à la longue, on fini par mentir à tout le monde par commodité.

L'honnêteté elle aussi est relative. On ne vole jamais, sauf de temps en temps... comme dit le proverbe : « l'occasion fait le larron ». Un objet intéressant traine et a été oublié. On le prend et oublie de le rapporter. Voler est si facile ! Dans ce domaine il est très fréquent de voir appliquer le vieil adage : « faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais ».

Les petits arrangements abondent, les petits contournements de règles établies sont fréquents. L'exemple vient d'en haut. Mais pourquoi ne pas dire aussi que la réciproque est vraie ? L'exemple vient aussi d'en bas. Si tout le monde vole, ou presque, pourquoi le ministre ou le chef d'état d'un pays ne volerait pas aussi ? Ce sont des hommes comme vous et moi. Simplement, quand ils volent, les sommes sont plus importantes que celles du voleur moyen.

Quand on voit frauder le fisc, que de clameurs outragées s'élèvent. Mais, tout le monde n'a-t-il pas envie de se soustraire à l'impôt ? Bien sûr, on nous ressortira la chanson de l'exemple vertueux qui doit venir d'en haut. Admettons la chanson. Il y a quelques temps, un ministre cache au fisc 500 000 euros. Concert de hurlements contre lui. Il démissionne.

A présent, réfléchissons un peu. Vous auriez 500 000 euros dissimulables au fisc, les dissimuleriez-vous ? Non ? Ah oui, une telle somme vous est inhabituelle ? Alors, disons, vous auriez 500 ou 50 euros à dissimuler au fisc et pourriez le faire. Bien sûr, vous le feriez. Pour le ministre, c'est exactement pareil. Sauf que comme il est beaucoup plus riche, il dispose de sommes plus importantes. Il est comme vous. Alors, que lui reprochez-vous ?

Que de critiques entendus contre les 80 milliards d'euros subtilisés au fisc en France chaque année, par des contribuables identiques par leur malhonnêteté à des millions et millions d'autres ! Mais, ne dit-on pas aussi : « on critique les privilèges uniquement chez les autres » ?

Tout le monde vole, ou presque. Et on voudrait que ceux qui peuvent voler le plus donnent l'exemple de la vertu ! Prétention comique, qu'on voit pourtant couramment énoncée.

Le problème avec le vol est qu'il ne s'agit pas seulement d'argent, mais aussi de comportements. Voler le temps, l'attention, les bisous et caresses, se pratique aussi.

Quand on vole, on vole tout.

Et l'amitié meurt avec.

La sincérité est nécessaire à l'amour. Le président ment pour se faire élire. Les ministres mentent pour durer. Les capitaines d'industrie mentent pour appliquer leurs plans. Les journalistes mentent pour garder leur travail. Tout le monde ment, ou presque, et tout le temps.

Le mensonge tue l'amour. Quand il est permanent, il l'empêche de naître. Avec l'amitié, c'est pareil.

Le désintéressement indispensable à la naissance d'un vrai amour, une vraie amitié, est également largement bafouée et niée dans notre monde.

Combien de gestes petits ou grands dont on attend un résultat ? Qui ne s'est pas présenté sous son meilleur jour pour obtenir en échange l'attention d'un autre ? En l'espèce, il est courant de voir, à leur échelle, des individus se comporter aussi bassement qu'un candidat aux élections faisant la pute pour briguer les suffrages des électeurs.

L'hypocrisie, se servir des autres, manipuler, flatter pour obtenir quelque chose, c'est la facilité.

Là, encore une fois, les individus concernés chercheront à se dédouaner : « oui, bien sûr. Là, je suis intéressé. Mais ailleurs, avec mes amis, mes proches, ma famille, je suis nature et sans calculs. »

C'est cela ! Rien qu'à considérer l'hypocrisie courante de bien des parents corrompant leurs enfants en les achetant avec cadeaux, compliments ou bisous pour avoir la paix, on peut douter de la validité de ces vertueux discours !

La gentillesse elle, brille souvent par son absence. Sinon, on ne la remarquerait pas. Elle irait de soi.

On revendique la gentillesse et on pratique fréquemment la violence morale.

Combien de jeunes filles rembarrent sans ménagements un amoureux mal venu et souhaiteraient être traitées avec égards et douceurs par les amoureux bienvenus ? Mais, le climat de violence morale aidant, dont elles participent, ne favorisera pas ce qu'elles souhaitent. Bien au contraire.

Enfin, le temps, la disponibilité pour aimer font souvent défaut. D'un côté parce que le travail capte attention, énergie, heures. D'autre part aussi parce qu'on veut aller vite. Or, une relation de qualité ne peut naître et se développer que dans la durée.

La plupart des humains font tout le temps exactement le contraire de ce qu'il faut pour faire naître amour ou amitié. Et s'étonnent qu'elles soient si rares.

Si vous êtes vraiment différent, c'est-à-dire tout à la fois gentil, sincère, honnête, désintéressé et prêt à consacrer du temps à la vraie relation entre les êtres, vous et d'autres, il faudra être patients et circonspects. Vos alter ego sont rares, très rares.

En attendant, ce qui peut vous aider à survivre, c'est d'aimer en général les autres. Mais cela peut aussi vous tuer si vous commettez l'erreur d'aimer une personne qui, en toute innocence, vous détruira et vous poussera à la dépression et au suicide.

La vraie amitié, le vrai amour sont rares, parce que la plupart des humains, sans le réaliser la plupart du temps, de facto, les refusent et n'en veulent pas. Pour les vouloir et trouver, il faut d'abord se changer soi-même en rejetant la bêtise ambiante. Être vigilant, soigneux, prudent, attentif et patient.

Basile, philosophe naïf, Paris le 30 novembre 2013

Aucun commentaire:

Publier un commentaire