lundi 27 mai 2019

1183 Prostitution conjugale, analcâlin et haine de soi

Une jeune et belle femme choisit de pratiquer un métier qui la passionne mais aux revenus aléatoires. Et veut aussi avoir une famille, des enfants, le confort, un logement spacieux et bien situé en ville, avec un local pour exercer son travail. Elle se trouvera pour arriver à ses fins, un mari ayant une situation confortable qui va assurer les aspects matériels de ses projets. Elle ne l'aimera ni ne le désirera particulièrement, mais fera avec. Et pour s'assurer sa compagnie acceptera de servir à la satisfaction génitale de celui-ci. Sans le réaliser, ou en le réalisant et évitant de le dire, cette femme se prostituera dans le cadre conjugal.

Le mari sera très souvent un analphabète tactile, un ignorant en câlins, un « analcâlin ». Comment pourrait-il s'arracher ou commencer à s'arracher à son ignorance ? Son attitude conduit les femmes à ne jamais se laisser aller. Elles sont en permanence sur leurs gardes. Soit prête à refuser de faire une chose dont elles n'ont pas envie. Soit prête à se forcer à faire une chose dont elles n'ont pas envie.

Insatisfaits les humains finissent par ne plus aimer, haïr, avoir peur de soi et de l'autre.

Réalisme sans âme, délires romantiques ou sous-culture porno... Les hommes et femmes d’aujourd’hui ont l’embarras du choix pour fuir la réalité, bien cachée mais aussi bien présente en eux. Retrouver la réalité à l'intérieur de soi est une longue, pénible, difficile et dangereuse quête. Mais c'est la seule qui conduit à l'émergence d'une culture et une conscience véritablement humaine.

Apprendre c'est aussi oublier. Retrouver le fruit derrière l'écorce des idées fausses et des conditionnements infirmisants.

La Vérité est en nous. Le Mensonge est autour de nous.

Il faut choisir : seul avec les autres ou ensemble avec soi-même.

L'infini commence ici. Profites intelligemment de la vie et fais-en profiter les autres. Occupes ta place dans le Tao.

Basile philosophe naïf, Paris le 27 mai 2019

Aucun commentaire:

Publier un commentaire