dimanche 30 décembre 2012

41 La pensée grise

Elle est très courante dans le monde et représente le contraire de la philosophie.

Elle consiste à subtilement présenter tout ce qu'on veut en telle sorte qu'on n'ait rigoureusement pas à se poser de questions. Il suffit parfois du choix de la présentation, de quelques faits « oubliés » judicieusement, ou quelques paroles mensongères ajoutées dans un texte pour qu'il ne vienne pas à l'esprit du lecteur des interrogations critiques.

La « pensée grise » peut être présentée comme « neutre », « objective », « encyclopédique ».

Elle peut aussi prendre une forme mensongère, violente, calomniatrice, mais conformiste et rassurante.

La philosophie cherche à susciter la réflexion. La « pensée grise » cherche à l'empêcher de se réveiller, ou à l'endormir.

Un exemple de pensée grise :

X remarque tel fait qui pose question.

Réponse de la pensée grise : « X est un voleur, un escroc, un voyou ».

Même si c'est vrai, le résultat est de noyer la question posée par X.

Si X n'est pas un voleur, un escroc, un voyou, on dira :

« La catégorie à laquelle appartient X est infréquentable. Ainsi voyez Y et Z, quelles canailles ! »

Et nous voilà amenés à parler de Y et Z et toujours oublier la question posée par X.

Consultez pour voir un texte traitant d'un sujet qui pose question. Et voyez comment ce texte arrange le sujet pour qu'on ne se pose aucune question.

Sur Internet, vous en trouverez des quantités. Sur le judo, Hindenburg, les Droits de l'Homme, etc. Repérez là où le texte grise... c'est un exercice à faire. Il grise par « un oubli », un « ajout », etc.

Vous verrez que notre monde est envahi de « pensées grises », pour empêcher que nous réfléchissions et donnions au monde des couleurs : de joie, de révolte, de colère, de tristesse, de bonheur. Nos maîtres veulent que nous laissions les grands « réfléchisseurs » grassement payés par eux « réfléchirent » à notre place sur absolument tout. Ils veulent nous faire croire que nous ne sommes pas compétents pour penser, nous occuper de notre vie et chercher les bonnes réponses.

Exemples : dans un texte sur les Droits de l'Homme, on « oublie » l'origine iroquoise. Dans un texte sur Hindenburg, qui a donné démocratiquement le pouvoir aux nazis, on ajoute qu'Hindenburg en 1933 était gâteux, manipulé, donc le problème était son gâtisme, pas l'incapacité de la démocratie à empêcher l'arrivée des nazis au pouvoir. Dans un texte sur le judo, on parle de plein de choses et on « oublie » soigneusement la philosophie du fondateur du judo qui voulait ne voir en lui qu'un moyen de défense et jamais d'attaque, etc. Partout et toujours méfiez-vous de la pensée grise. C'est de la très lénifiante non pensée. Réfléchissez par vous-même et faites tomber les idoles en vous.

Basile, philosophe naïf, Paris le 30 décembre 2012

Aucun commentaire:

Publier un commentaire