vendredi 17 avril 2020

1265 Tragédie

Italie
Oiseau blessé,
Albatros ensanglanté,
Ton cœur saigne
À gros bouillons.
La mort rôde
Par les rues,
Par les routes
Et les chemins,
Et frappe
Abat
Achève
Inlassablement.
Partout
Elle se sent chez elle,
Pénètre par effraction
Abat ses griffes
Sur les vivants
Leur ôte la vie
Et ricane.
Ainsi elle vient massacrer
Les hommes et les femmes
À la chevelure argentée
Dans les maisons de retraite
Pour personnes âgées.
Plus de cent médecins sont morts
En portant secours
À leur prochain.
Ils sont restés fidèles au serment
D'Hippocrate
Jusqu'à la mort.
À Rome,
Même le pape
Est confiné.
Et mes amis italiens
Souffrent
Et attendent
La fin de cette tragédie.
Et moi, pour les aider
Je peux seulement
Leur offrir
Mon cœur
Et cette poésie.

Basile, Paris le 17 avril 2020


Aucun commentaire:

Publier un commentaire