vendredi 19 février 2016

516 Amour, odeurs et secrétions naturelles

Les petits enfants dont l'instinct originel n'a pas encore été autant domestiqué, désordonné, contrarié par la culture, nous montrent parfois des aspects naturels que nous avons portés ouvertement durant nos très jeunes années. Et conservons toujours au fond de nous-mêmes. Depuis quelques années on a beaucoup entendu parler des phéromones et de leur rôle en amour. On n'a pas parlé autant du rôle de la consommation buccale des humeurs de l'autre. Il y a une trentaine d'années, parlant d'une alors très petite fille, son père me disait en riant : « chez nous on n'a pas besoin d'aspirateur, elle se charge de tout et le met dans sa bouche ! » Et, effectivement, pour découvrir, comprendre, analyser à quoi elle avait affaire, la jeune fillette rampait par terre et portait tout ce qu'elle trouvait systématiquement à sa bouche. Plus tard, son petit frère alors encore presque un bébé léchait avec entrain toutes les personnes proches, généralement leurs mains. J'ai trouvé plutôt désagréable le contact de cette langue baveuse auquel j'ai eu droit. Quand nous grandissons on nous fait perdre ces habitudes buccales, sauf dans certaines circonstances. Dans le domaine des câlins amoureux la bouche, les lèvres, la langue interviennent. Mais, pas seulement là. Il est fréquent de voir des jeunes mères littéralement « manger » le ventre nu de leur petit bébé qui hurle de joie. Un certain nombre de personnes ont l'habitude, sans en faire une perversion, d'embrasser sur la bouche leurs petits enfants.

Certains blaguent disant que l'amour chez les humains adultes consiste à « mélanger les salives ». Mais si nous nous interrogeons, il est évident qu'avant la généralisation de l'usage de l'eau et puis du savon, les grands singes humains usaient de la langue pour leur toilettage et celui des autres.

Si vous léchez la surface de la peau de quelqu'un vous en recueillez une sorte d'image à travers votre muqueuse buccale. Et cette image a fait partie des moyens de reconnaissance primitifs.

Notre culture a bannit ces pratiques linguales de reconnaissance et toilettage. Mais celles-ci ont fait partie durant des millions d'années des usages humains et nous les portons encore au fond de notre instinct.

Vous aimez une femme ? Vous allez lui lécher le cou. Ce faisant vous vous attacherez un peu plus à elle via des substances que vous ingèrerez. C'est une supposition qui me séduit. Un jour, voulant consoler une amie qui pleurait, je lui embrasse ses yeux humides et ingère un peu de ses larmes. J'ai eu l'impression juste après que j'étais un peu « accroché » à elle. C'était impression a été très momentanée, mais m'a semblé liée à l'ingestion des larmes.

Il serait intéressant d'analyser la composition des humeurs et leur effet sur ceux ou celles qui vont les ingérer. On a évoqué les odeurs naturelles, avec les phéromones, et leur rôle relationnel. Celui des « liqueurs » corporelles mériterait d'être pris en considération également.

Notre société voue un culte au savon et à son odeur et se méfie des odeurs et liqueurs naturelles. Lors de la colonisation de l'Indochine française, les Français se retrouvèrent au contact d'une culture vietnamienne ancestrale qui admettait les odeurs naturelles. Les colonisateurs crurent à une calomnie quand ils entendirent les colonisés dirent que leurs envahisseurs « sentaient le cadavre ». En fait, chez les Vietnamiens de l'époque, seuls les morts sentaient le savon, car ils étaient lavés avec du savon !

Dans le domaine des liqueurs corporelles, on voit régner le discours classique, fantaisiste et dévastateur qui prétend nous imposer dans certaines circonstances l'acte sexuel obligatoire. Même quand on ne le désire pas. L'amour authentique et véritable est plus vaste que cette caricature.

Basile, philosophe naïf, Paris le 19 février 2016

Aucun commentaire:

Publier un commentaire