dimanche 8 avril 2018

931 Ô mon amour

Ô mon amour
Je te connais peu.
Tu es peut-être
L'enchanteresse
Des nuits d'un homme
Que je ne connais pas.
Ou bien la nuit
Tu préfère parcourir
De tes mains
Des courbes féminines.
Ou bien demain
Tu choisiras
De te faire religieuse cloîtrée
Dans un carmel.
Mais en tous les cas
Tu resteras mon amour,
Toi qui est entrée dans mon cœur bien vide,
Tu as tout renversé
Et je ne saurais plus jamais te quitter.

Basile philosophe naïf, Paris le dimanche 8 avril 2018

Aucun commentaire:

Publier un commentaire