vendredi 17 août 2018

1047 Abordage

J'ai longtemps navigué dans les tempêtes
Frêle esquif perdu dans l'océan,
Je cherchais à aborder
Les hautes falaises du Continent incertain.
Et puis un jour j'ai aperçu un fanal
Qui m'indiquait un étroit passage
Vers une crique tranquille et abritée.
J'ai abordé sur la plage
Mon pied a touché terre.
Puis j'ai été rejeté à la mer,
Le fanal s'est éteint.
Mais j'ai conservé dans mon cœur
L'empreinte du pied
Sur la plage incertaine,
Et ce souvenir
M’imprègne tout entier
D'une joie irrévocable
Et inextinguible.

Basile philosophe naïf, Paris le 16 août 2018, 0 heure

Aucun commentaire:

Publier un commentaire