jeudi 21 juin 2018

1022 Le règne de l'argent fou

La rumeur du monde, c'est à dire les médias, les conversations, nous parlent des gouvernants du monde. Détaille parmi eux les sympathiques ou les antipathiques, les bons ou les méchants, les idiots ou les intelligents... En fait, ces gouvernants ne gouvernent que formellement. Leurs actions sont d'ampleur limitée. Car elles sont subordonnées au vrai maître aveugle et brutal du monde, qui est l'argent fou. Nous vivons sous le règne de l’argent fou. Il prime sur tout : la vie, la santé, la prospérité, l'amour. Seul importe son accumulation absurde et sans autre but que l’accumulation. C'est pourquoi on l'appelle l'argent fou qui gouverne le monde.

On voit l'argent fou partout à l’œuvre. En France, par exemple, 94,4 % du prix des produits alimentaires tels que les fruits ou les légumes frais de saison sont prélevés par « les intermédiaires ». Les producteurs ne s'en sortent pas. Les consommateurs potentiels sont souvent arrêtés par les prix exorbitants où on vend les produits. Résultat, au moins 70 % des fruits et légumes frais finissent à la poubelle, sinon beaucoup plus. Mais peu importe, puisque la filière reste rentable ! L'argent fou est content. Il s'accumule et grossit les dividendes versées aux actionnaires. Et les produits alimentaires vont finir dans les poubelles des supermarchés. Où il arrivait qu'on les arrose d'eau de javel pour empêcher les pauvres affamés ou les débrouillards de les récupérer.

Quoi de plus important et utile que former des spécialistes, donner aux jeunes la possibilité d'étudier et obtenir les formations les plus complétés et approfondies ? Mais l'argent fou n'est pas d'accord. Former des jeunes ça coûte de l'argent. Il vaut mieux l'accumuler dans des coffres-forts sans y toucher. Alors on limite l'accès aux études, on sélectionne, on augmente les frais d'inscriptions... L'argent fou est plus précieux que l'éducation.

Pouvoir se déplacer, voyager, prendre le train d'un point du pays à un autre et au delà. C'est un besoin banal et légitime. Mais contraire à la volonté de l'argent fou qui ne cherche qu'à accumuler le plus possible, le plus vite possible, sans rime ni raison. Alors la « logique » de l'argent fou détruit et sabote. Comment il compromet les chemins de fer français par exemple ? Le gouvernement décide de construire des lignes de chemin de fer à très grande vitesse. C'est une décision de l'état. Elle implique d'engager des dépenses énormes. Le gouvernement qui a pris la décision va-t-il payer ? Pas du tout, ce sera à la SNCF de payer. Résultats : les billets de train coûtent de plus en plus chers et le déficit est malgré ça présent. Le gouvernement va-t-il payer la « dette de la SNCF » qui est en fait une dette de l'état ? Non, on va réduire l'activité des chemins de fer pour faire des économies. Et dans la foulée on supprimera le statut des cheminots. Décision préfigurant la vente à la découpe et la privatisation des chemins de fer français. Pourquoi privatiser ? Pour favoriser la volonté de l'argent fou, qui ne souhaite qu'accumuler dans des coffres-forts et pas faire rouler des trains.

Quand on a été opéré, on a besoin de se reposer. Rester à l'hôpital et sous le contrôle médical du personnel hospitalier. Rester à l'hôpital ? Pas question ! L'argent fou commande : dehors tout de suite ! Car rester à l'hôpital coûte de l'argent. L'argent fou le préfère accumulé sans but dans des coffres-forts plutôt que servir à la santé des opérés. Les petites structures hospitalières sont plus vivables, accueillantes, chaleureuses, efficaces que d'immenses structures, des « usines à malades » ? Oui, mais l’argent fou préfère les usines à malades où les malades coûtent moins chers à soigner. Tout les choix sont bons à partir du moment où grâce à eux l'argent fou en profite pour s'accumuler. Et tant pis pour la santé, le confort, le bonheur et la sécurité des malades !

Les choses précieuses ne s'achètent pas, comme la paix intérieure, la paix extérieure, la sérénité, l'amour, la joie. Mais l'argent fou s'en fout. Pour lui seul importe l'accumulation d'argent sans but, ni rime ni raison. L'argent fou préfère l'amour de l'argent à l'amour des gens. Parce qu'il est fou.

Basile philosophe naïf, Paris le 21 juin 2018

Aucun commentaire:

Publier un commentaire