vendredi 13 juillet 2018

1032 Le traumatisme visuel

Les êtres humains sont programmés pour avoir envie et besoin d'être et se sentir nus devant les autres. Et de voir les autres nus. Comme les cultures régnantes interdisent pratiquement toujours que ça soit possible et se fasse, ça crée un traumatisme : le traumatisme visuel. le traumatisme visuel explique le succès phénoménal de la pornographie attesté par son gigantesque chiffre d'affaires. Les personnes adeptes du visionnage des images pornographiques fixes ou animées sont principalement motivées par le désir de voir des humains nus, plus que par la vision d'activités sexuelles telles que la fellation, le cunnilinctus, le coït ou la masturbation. Et probablement aussi le fantasme d'être nus en public. Que ces personnes s'en rendent clairement compte ou non.

On supposera facilement que chez les naturistes le traumatisme visuel est inexistant. Ce qui n'est pas vrai. Car les naturistes ne sont pas vraiment nus. Chez eux l'érection publique est interdite et les femmes, jeunes filles et même filles plus jeunes sont fortement incitées à conserver en public les cuisses serrées. Les naturistes ne sont pas vraiment nus. Et ce code « moral » offre la particularité d'être oral. Il n'est affiché ou mentionné nul part. Une de ses conséquences est que les très jeunes hommes ayant l'érection très facile sont bien souvent amenés à abandonner, au moins momentanément, la fréquentation des lieux naturistes.

Il faut se pencher sur la proscription de l'érection publique. Elle repose sur l'idée erronée que toutes les érections sont sexuelles et forment un préambule au coït. Cette interprétation est une immense et dévastatrice mystification. La plupart des érections ne sont pas liées au coït mais provoquées par diverses autres raisons. Mais cette interprétation systématique et sexuelle de l'érection inculquée en particulier aux jeunes a des conséquences calamiteuses. Elle crée une fausse évidence qui amène d'innombrables incidents relationnels.

Le traumatisme visuel a certainement de très nombreuses conséquences néfastes qui n'ont pas encore été pleinement étudiées. Parmi ces conséquences, on trouve dans le domaine artistique la destruction ou la mutilations d’œuvres d'arts y compris magnifiques. C'est ainsi que par exemple une superbe statue en bronze de Diane faite par Houdon a vu son sexe martelé et bouché au musée du Louvre. Et que des fresques de Michel-Ange à Rome ont été barbouillées par un peintre surnommé justement pour ça « le caleçonnier ».

Basile philosophe naïf, Paris le 13 juillet 2018

Aucun commentaire:

Publier un commentaire