lundi 9 juillet 2018

1027 Sexe patriarcal et tabagisme

Le sexe patriarcal et le tabagisme ont d'importants points communs. Ils peuvent amener l'un et l'autre du plaisir à celui ou celle qui le pratique. Ainsi qu'une accoutumance plus ou moins forte qui fait qu'on a du mal à envisager de s'en passer. Et c'est seulement au bout de dizaines d'années de pratique que les conséquences les plus calamiteuses se manifestent. Sentiment de solitude et d'échec de la vie sentimentale pour le pratiquant du sexe patriarcal, cancer pour le fumeur.

Le pratiquant du sexe patriarcal va d'échec sentimental en échec sentimental. Au bout d'un certain laps de temps ses histoires d'amour finissent toutes en fiasco. Mais il garde bon espoir tant qu'il est jeune et beau. Il ne se remet pas en question. S'il échoue c'est bien sûr la faute à l'autre, au manque de chance... Allons ! La prochaine sera « la bonne ». Il ne la rencontrera jamais.

L'élément constant dans toutes ses histoires d'amour qui finissent toutes mal c'est lui et sa conduite qui mine la relation. Pratiquer la masturbation dans un orifice naturel de sa partenaire est pour un homme le plus sûr moyen de détruire à terme une relation.

Une histoire d'amour qui débute est fragile. Elle est comme une plante très petite. Il faut l'entourer de soins. On la repère par l'unisson que forme la vibration de deux cœurs. Comme quand deux cordes d'un instrument de musique se mettent à vibrer ensemble par sympathie. Il faut alors remarquer le phénomène et ne pas le contrarier. Il faut conserver son calme et avoir confiance. Ne pas chercher à forcer, brusquer, aller plus vite que la musique.

Par exemple ne pas faire des grands discours définissant le moment venu. Ni en parler autour de soi. L'unisson est là. Il faut à présent le suivre pas à pas. Sans préjuger de savoir où il va. Il n'y a pas de plans à tirer sur la comète. L'unisson trace sa route et indique son chemin. Il faut rester à l'écoute sans faire de discours. Arroser soigneusement la petite plante de l'amour qui pousse, l'abriter du vent et des tempêtes. Ignorer le regard des autres.

« Tu es amoureux ? » à cette question posée par un tiers, ne surtout pas répondre. C'est l'amour qui décide de la marche à suivre et de la vitesse de sa concrétisation. Sachant que l'omniprésence du sexe patriarcal dominant et perturbant toutes les relations humaines conduit à une famine sentimentale et sensuelle plus ou moins généralisée. Quand on est gravement sous-alimenté il ne faut pas se réalimenter trop vite sous peine d'aller très mal. Pour l'amour c'est pareil. Quand on détecte un unisson il ne faut pas se précipiter mais aller à un rythme ralenti artificiellement sous peine de tout casser.

J'ai connu deux exemples d'unissons où je n'ai pas eu la réaction juste. Le premier s'est passé quand j'ai incidemment rencontré dans un café loin de chez moi une personne que je n'avais jamais vu auparavant. Au lieu de lui demander une adresse mail ou un numéro de téléphone, je l'ai convié à une réunion musicale où elle n'est pas venue. Je l'ai perdu de vue parce que je n'ai pas été assez incisif. Dans le deuxième cas je l'ai été trop. Ayant rencontré l'unisson j'ai réagi par écrit avec enthousiasme. La plante était fragile. L'autre m'a fui et cessé de donner de ses nouvelles.

Jardiner des petites plantes est une tâche délicate. Quand le sexe patriarcal est là, il stérilise le terrain. Quand on se débarrasse de lui il faut apprendre à judicieusement jardiner sans prévoir trop précisément ni se poser trop de questions. L'essentiel est d'être à l'écoute et dans le vrai. Il a été dit très justement : « aimes ton prochain comme toi-même ». Ce qui signifie aussi qu'il faut parvenir à s'aimer et accepter d'être aimé. Ce n'est pas toujours aussi facile et évident que ça. Mais, à force d'efforts, on fini par y arriver.

Basile philosophe naïf, Paris le 9 juillet 2018

Aucun commentaire:

Publier un commentaire