mercredi 3 juillet 2013

127 A propos d'espionnage

Avez-vous déjà lu, à son insu, le journal intime de votre fille ? Avez-vous ouvert et lu intentionnellement une lettre destiné à quelqu'un de votre entourage ? Avez-vous consulté le dossier médical confidentiel de quelqu'un dans ses affaires, sans en avoir le droit ? Avez-vous fouillé le répertoire du téléphone portable ou le sac de votre femme ou de votre mari ?

Dans ces conditions, vous avez fait de l'espionnage. Quand ce sont de grandes puissances, elles font exactement la même chose. Mais à grande échelle avec des milliers d'employés professionnels payés pour.

J'ai un scoop : la France a réussi à s'emparer du plan de défense des Pays-Bas. C'est vrai, ce scoop est un peu ancien :

En 1968, un officier d'État-major français, cadre de réserve, B*** de K*** nous a raconté, à ma mère et moi, qu'en 1938 ou 1939, les militaires français avaient réussi à s'emparer dudit plan.

A l'époque, les Pays-Bas étaient alliés de la France. Mais, on ne sait jamais. On espionne aussi nos alliés. Car ils pourraient très bien devenir un jour nos ennemis.

Après tout, la Russie en 1896 était alliée de la France et devint son adversaire en 1917.

Donc, on prévoit tout.

C'est dire que l'affaire des écoutes des officiels Européens dévoilées par Snowden est très banale. On espionne ses alliés, c'est tout à fait courant. C'est même le B A-BA du renseignement.

Les alliés des États-Unis ont été espionnés par les États-Unis. En fait ça ne choque personne au niveau militaire et gouvernemental en Europe. L'indignation publique de, par exemple, le président français, fait partie du paraître électoral. S'indigner d'une chose qui n'indigne pas celui qui s'indigne.

Ah, ces écoutes ! Des millions de personnes écoutées... qu'en dire ?

C'est le mirage de la technologie. On écoute des millions de gens. Des ordinateurs sélectionnent certains mots. La France a vendu à la Libye du temps de Khadafi du matériel spécialisé pour surveiller les opposants éventuels libyens. Si la France a vendu un tel matériel, il est plus que probable que ses services de renseignements en aient acquis eux aussi. Et l'utilisent, bien sûr. Croire qu'en recoupant des millions d'appels, mails et textos on arrive à tout contrôler est illusoire et relève du commerce des ordinateurs. Prenez une feuille de calque. Écrivez dessus à la main un message. Scannez-là à l'envers. Envoyez-là en pièce jointe à un courriel. A l'arrivée, le destinataire l'imprime sur une feuille de calque pour la lire par transparence. Ou l'imprime sur une feuille de papier ordinaire et la lit dans un miroir. Tous les ordinateurs espions les plus puissants du monde qui espionnent Internet y casseront les dents de leurs logiciels les plus sophistiqués. Votre message ne sera lu par aucun service d'espionnage d'Internet à grande échelle. Leur efficacité n'est pas si grande que ça. Sauf pour faire vivre une nuée d'employés. Pour lutter contre le Communisme, les États-Unis ont dépensé, de 1917 à 1989 onze mille milliards de dollars. A certains moments, les organes de sécurité américains exagéraient la menace communiste. Pour obtenir tout simplement plus de crédits. Ce qui est sûr, en tous cas, c'est que cette affaire Snowden permet de relancer les vieux thèmes anti-américains plus ou moins justifiés. Et faire beaucoup de bruit. Pour ma part, je pense qu'il y a un certain nombre de cimetières militaires américains en Normandie qui m'empêchent d'être totalement anti-américain. Même si c'est aujourd'hui très à la mode chez certains en France.

Basile, philosophe naïf, Paris le 3 juillet 2013

Aucun commentaire:

Publier un commentaire